Décal'heure 2017 - Valenciennes 22/04

J'ai testé pour vous le décal'heure. Quesako ? Il s'agit de réaliser un décathlon en 1 heure. Un décathlon ? Oui, dix épreuves à savoir : 100m, longueur, poids, hauteur, 400m, 110m haies, disque, perche, javelot, 1500m... Il faut savoir qu'en temps normal, ceci est réalisé sur deux jours avec un minimum de 30' à respecter entre les épreuves.

 

Malheureusement pour moi mon expérience commence assez mal... Beaucoup de doutes suite à une douleur vive dans l'adducteur droit apparue à l'échauffement. Difficile de mettre de la vitesse, les mouvements latéraux sont devenus impossibles ! Je décide tout de même de me lancer, on verra bien.

Je démarre seul, contrairement aux autres qui sont partis par deux ; démotivant ? Non, je peux gérer mon temps plus facilement. Sans grande surprise, je suis obligé de dérouler sur le 100m. 13"9 ! La honte... Idem en longueur, élan plus que réduit, je donne tout à l'impulsion et essaie de ramener le plus loin possible ! 5m23... Imaginez mon désarroi sachant mon record à plus de 6m.

Heureusement quelques éclaircies arrivent !

Bien sûr, pas d'élan possible sur le poids, je fais tout de même 9m06. Viens ensuite la hauteur, ma spécialité ! Avec la douleur toujours présente, je décide d'assurer une première barre à 1m60. J'adapte mon élan et passe sans problème, idem à 1m72 ; j'ai du m'y reprendre à deux fois pour 1m78 mais passer dans ces conditions me rassure énormément. Du positif avant d'apréhender le 400m. Jusqu'ici la fatigue se gère assez bien et, de toute façon n'ayant pas pu me donner à fond, je reste frais.

Viens le moment tant redouté ! L'enchainement 400m - 110m haies...

Agréablement surpris par mon temps sur 400m que je boucle en 63"5 car je n'ai fait que dérouler ma grande foulée. C'est maintenant que la récupération devient importante et on prend facilement 10' de pose avant d'aborder le 110m haies. Un problème de pistolet me laisse plus de récup' mais ne m'arrange pas dans la gestion de mon temps. Ca y est, le départ est donné ; Ayant mal à l'adducteur droit, je décide de tout passer de la mauvaise jambe (la moins bonne dirait mon entraineur Eric Chauchoy). Je maintiens 4 appuis pendant 4 ou 5 intervalles puis passe à 6 appuis. Très déçu de mon temps, 21"1, mais il n'y avait rien à faire avec un physique en carton !

Allez on a passé la moitié, on se motive pour le reste.

Beaucoup de hauts et de bas jusqu'à présent et le disque va s'avérer être très haut ! Vous l'aurez compris, je lance sans élan. Mais je lance tout de même à 28m10, super heureux !

La dernière incertitude concerne la perche, sans vitesse, comment apréhender ? Encore une fois je réduit mon élan (un peu du pif tout ça mais j'ai l'avantage de bien me connaître). Première barre 3m (en dessous des prévisions pour assurer) : ça passe ! Ah non, j'oublie de repousser ma perche... La deuxième tentative est la bonne, à l'arrache tout de même. J'enchaine avec 3m30 : copier coller du premier saut, un saut très bien engager mais... j'oublie de repousser ma perche... Pour ma dernière tentative, Colette, pour ceux qui connaissent, me gronde : "Si tu repousses pas ta perche, je te ..." (vous n'en saurez pas plus ^^). Le saut est top et j'efface 3m30 sans soucis (à part celui que vous connaissez depuis le début du déca).

Le javelot, j'y vais en touriste et une fois n'est pas coutume, sans élan. Mon meilleur des trois lancers se pose tout de même à 32m60, je n'explique pas mais tant mieux.

Allez encore 1500m pour voir le bout de décathlon, je suis dans les temps ! Le départ est donné, je fais les premiers 300m sur les bases de mon record je pense. Je vais vite me calmer... En effet je cours beaucoup à la sensation et cette fois ci on ressent bien la fatigue. Un passage au 1000m en 3'50 et une arrivée en 5'43, mieux que mes prévisions donc très satisfait.

3 ans que je n'avais pas fait un décathlon, n'étant pas épargné par les blessures. Le total de points (3846) de celui-ci reste anecdotique mais il y a toujours beaucoup d'enseignements à en tirer. L'énorme avantage du décal'heure c'est qu'au delà de la gestion du temps, on apprend à se contenter de perfs moyennes ce qui permet de ne pas se laisser submerger par la déception pour appréhender la suite.

Un grand merci à mon accompagnatrice, partenaire dans les épreuves combinées et supportrice numéro une, Eden Platiau, sans qui je n'aurai pu concourir.

Les résultats

Place au répos !
Val